Catégories
Associations Blog Environnement

Les femmes et la transition écologique : en ont-elles le temps ?

En ce mois de novembre, je suis intervenue à la table ronde « Temps, transition et luttes contre les inégalités : quelle(s) conciliation(s) ? » dans le cadre des journées Temporelles 2021 qui avaient pour thème « Accélérer ou ralentir : quel est l’impact environnemental de nos rythmes de vie ? »

Intervenir à cette table ronde m’a permis de réfléchir à cette conciliation du temps avec la mise en place d’actions pour la transition écologique et en particulier pour les femmes.

Cette réflexion s’est télescopée avec la lecture du livre « Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale » de la fabuleuse Titiou Lecoq. En particulier, vers le début de l’ouvrage, elle met en évidence que si les femmes ont vu leur temps de tâches ménagères diminuer, ce n’est pas parce que les hommes ont compensé (enquêtes INSEE – Emploi du Temps à l’appui) mais parce que de nouvelles technologies sont apparues : machine à laver le linge ou à le sécher, lave-vaisselle, aspirateurs, nettoyeur vapeur, etc. Quand on réfléchit à l’écologie en même temps, on réalise que pour diminuer le temps de tâches ménagères des femmes, il faut produire des appareils qui ont nécessairement un impact écologique (matériaux, transport, déchets, etc.).

En parallèle, j’ai observé dans les travaux scientifiques que les femmes adoptent beaucoup plus de comportements écologiques dans les foyers et cela se transforme en charge mentale écologique, parfois. J’appelle ce phénomène « la double peine ».

A la fois, les femmes, par construction sociale, sont plus soucieuses de l’environnement et en même temps elles assurent la majorité des tâches ménagères. C’est la combinaison parfaite pour qu’elles prennent en charge les comportements écologiques au sein du foyer. A elles donc, principalement, les achats responsables, la fabrication de produits maison (lessives, produits d’hygiène ou produits de base alimentaire comme le pain), les réflexions sur la réduction des déchets (hello les couches lavables !), les économies d’énergie ou d’eau (je précise ici « en général » mais pas dans tous les couples pour autant, on est d’accord !).

Évidemment, tout cela prend du temps d’action et du temps mental, voire cela peut contribuer à l’éco-anxiété. Alors, nous nous retrouvons dans la tension suivante : à la fois, comme tout le monde, et peut-être même plus que tout le monde, les femmes veulent agir pour la planète et, en même temps, le faire là où c’est le plus évident (dans des tâches qu’elles font déjà) les cantonnent à nouveau au foyer alors qu’elles ont souvent, par ailleurs, aussi une vie professionnelle.

Face à ce constat, je vois trois pistes :

  1. La réponse technologique est intéressante pour se soulager des tâches ménagères mais la répartition entre les membres du couple est plus écologique et aussi meilleure pour la paix des ménages ! Comment fait-on pour que tout le monde s’y mette équitablement ? Je milite pour un retour des arts ménagers à l’école : garçons et filles apprennent à égalité ainsi, on évitera les questions sur le « niveau de propreté acceptable » (niveau de tolérance beaucoup plus élevé pour les hommes semblent-ils qui conduisent beaucoup de femmes à nettoyer avant)
  2. Il existe de nombreuses alternatives pour agir pour l’environnement : on peut s’engager dans une association, participer aux marches pour le climat, écrire à son député pour une action environnementale locale, on peut signer une pétition, ramasser des déchets dans la nature. Cela prendra autant de temps, cela réduira aussi l’éventuelle eco-anxiété, et l’impact pour la planète sera potentiellement équivalent.
  1. Si des hommes à la lecture de cet article réalisent qu’ils peuvent aider la planète de chez eux, dans leurs pantoufles, ils peuvent tout à fait se mettre à faire des produits d’entretien et à visiter des groupes ou des pages de conseils sur les éco-gestes à faire chez soi (oui, je sais, certains le font déjà, c’est pour les autres 🙂 ). A cet égard, je vous recommande ce groupe Facebook très sympa : Gestion budgétaire, entraide et minimalisme.

PS : Il n’y a pas d’images d’illustration pour ce troisième point car sur mon site d’images libre de droit – Pixabay – les hommes qui font le ménage n’existent pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.